KALINA IZABELA ZIOLA PDF Imprimer Envoyer

 

Kalina Izabela Zioła - Pologne

E-mail : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Biographie :

Kalina Isabella Ziola est une célèbre poétesse polonaise. Elle est née et vit à Poznan, en Pologne. Elle a fait ses débuts d’écrivaine en 1970 sur les pages de la revue « La vie littéraire ». Kalina a publié sept recueils de poésies, « Le papillon d’argent » (2010), « Pendant un moment » (2011), « Le raisin aigre » (2011), « La fenêtre de l’oubli » (2013), « Je vous écris pendant la nuit » (2014), « Au bord de la nuit » (2014), recueil en langue russe, « De l’autre côté de l’aube » (2015), florilège de poésies choisies.


Ses poésies ont été publiées dans plusieurs revues littéraires : « Acanthe », « À propos des livres », « Regard », « La voix », « Poésie d’aujourd'hui », « Poésie-poésie », « Le courrier de Vilnius », « Le protocole culturel », « Métaphore », « Le journal culturel », « Neris », « La zone des poètes », « Thème », « Le verre » et « Gexarm » (Arménie). Elles ont été lues de nombreuses fois à la radio « Emmaüs » et dans divers programmes télévisés. Elle est l'auteur de plusieurs textes de chansons réunis dans un album intitulé « Magic ». Certains de ses poèmes ont été traduits en allemand, serbe, russe, ukrainien, macédonien, hongrois, espéranto, arménien et suédois.


Kalina traduit de la poésie du russe en polonais. Elle écrit régulièrement des feuilletons, des récits, des essais et des critiques publiés dans la revue électronique hebdomadaire « Pisarze.pl » (« Écrivains polonais »).


En 2012, elle a reçu le prix Maria Konopnicka pour son recueil « Le raisin aigre ». En 2013, elle a obtenu le prix de poésie Richard Malchevski pour son livre « La fenêtre de l'oubli ». En 2014, elle a reçu le prix « Phoenix » fondé en l’honneur de Tadeusz Micinski lors du troisième Symposium international de la poésie de Bydgoszcz pour son recueil « Je vous écris pendant la nuit ». En 2014, l'Association internationale de poètes, artistes, journalistes et avocats « L'art virtuel » de Bruxelles, en Belgique, l’a honorée du prix « La Plume d'Or » pour la haute qualité de sa poésie et pour ses mérites exceptionnels en faveur de   la diffusion de la culture polonaise dans le monde. Kalina Isabella Ziola est vice-présidente du Comité du prix Maria Konopnicka, vice-présidente du Comité du prix FENIX Tadeusz Miciński, présidente du Comité du prix Good Heart. Elle est membre de l'Union des écrivains polonais de Poznan.

Poèmes :

ZA PÓŹNO

 

Nigdy nie jest za późno na miłość,

na noc przetańczoną pod gwiazdami,

na kieliszek szampana, na szepty

i na wspólną kąpiel pełną piany.

 

Nigdy nie jest za późno na przyjaźń,

na rozmowy do świtu i dłużej,

na czytanie pięknych wierszy, muzykę

i na długie, ciekawe podróże.

 

Nigdy nie jest za późno by marzyć,

żeby koło fortuny obrócić,

żeby złapać szczęście, nim ucieknie

- lecz czasami za późno, by wrócić.

 

Trop tard


Il n’est jamais trop tard pour aimer
La nuit passée à danser sous les étoiles,
Devant un verre de champagne, devant un chuchotement,

Pendant les baignades en compagnie de l’aimé

Sous l’assaut des embruns.


Il n’est jamais trop tard d’être amis, 
De converser jusqu'à l'aube et au-delà,
De lire des poèmes merveilleux, d’étudier,
De faire ensemble de longs et passionnants voyages.

Il n’est jamais trop tard de rêver, 
D’inverser la marche de la roue du destin,
D’attraper le bonheur avant qu’il ne s’enfuie – 
Mais parfois, il est trop tard pour revenir en arrière.


-------------------------------------

 

NA DWORCU

 

odjeżdżam z tego dworca

zostawiając za sobą

wiele niedokończonych spraw

i smutnych ludzi

 

jadę ku innym dworcom

gdzie niewiadoma

 

układam w głowie

jak w szafie

słowa

 

stukot pociągu

przytakuje moim myślom

 

znowu oswajam przyszłość

 

 

À la gare

Je pars de cette gare

Laissant derrière moi 
Tant d’affaires inachevées,
Tant de gens tristes.

Je vais ailleurs, vers d’autres stations,
Vers l’inconnu. 

Je range dans ma tête,

Comme dans un placard,
Une multitude de mots. 

Le bruit des wagons
Accompagne mes pensées. 

J’apprivoise à nouveau, encore et toujours,

L’avenir.

 

--------------------------------------------------------

NIE TĘSKNIĘ

wcale za tobą nie tęsknię

 

to tylko chmura

na chwilę przesłoniła słońce

 

tylko jesień

zasuszyła liście na drzewach

i kwiaty w ogrodzie

 

to tylko brak natchnienia

nie pozwala mi pisać wierszy

 

nie tęsknię

 

 

Je ne m’ennuie point de toi

 

Non, je ne m’ennuie point de toi !

Ce n’est qu’un nuage

Qui obscurcie un instant le soleil, 

Ce n’est qu’un vent brûlant

Qui dessèche les feuilles des arbres
Et les fleurs dans le jardin.

Ce n’est qu’une absence d’inspiration

Qui m’empêche d’écrire des poèmes…

 

Non, je ne m’ennuie pas de toi…

 

--------------------------------------------
ZORZA POLARNA

widziałam kiedyś zorzę polarną

tylko światło

piękno

i magia

 

teraz czasami widzę ją

w twoich oczach

kiedy patrzysz na mnie

 

płonący malachit

z odrobiną smutku

i czułości

 

L’aurore boréale

Une fois j’ai vu

L’aurore boréale, 
Quelle lumière,
Quelle beauté,
Quelle magie !

À présent, je vois parfois
Dans tes yeux, quand tu me regardes,

Cette aurore.  

On dirait de la malachite brillante
Cachant une petite goutte de tristesse
Et de tendresse.


----------------------------------------------

 

KRZYK CISZY

szaleństwo wysokie jak lato

trzepot rumieńca

motyle we włosach

oczy ogromne pełne obietnic

bezsenne słońce

włóczy się po nocach

 

szaleństwo jak szampan o świcie

rzęs pajęczyna

słowa jak słowiki

błysk szpilki w koronce wiersza

 

i nagły krzyk ciszy

 

Le cri du silence

La frénésie immense comme l’été,
Le frisson de l’air pourpre,

Les papillons dans mes cheveux, 
Nos grands yeux pleins de promesses,
Le soleil insomniaque qui erre la nuit.  

La frénésie comme le champagne à l'aube,
La toile d’araignée des cils, les trilles du rossignol, 
Le murmure des cigales perdues

Dans les dentelles des poèmes 

Et le cri soudain du silence.



--------------------------------------------------------

NAD MORZEM

Idę brzegiem morza

o słońca zachodzie.,

mewy krzyczą głośno

o mnie i o tobie.

 

Słone morskie fale

głaszczą bose stopy

a ja ciągle czekam

na twoje powroty.

 

 

Idę brzegiem morza

po piaszczystej plaży.

Noc cicho westchnęła

– też o tobie marzy.

 

Près de la mer

Le coucher du soleil, je marche
Au bord des vagues,
Les mouettes crient haut et fort
Pour toi et moi.

Le soleil et les vagues
Caressent mes pieds nus,
Je cherche pour
toi
Des coquillages blancs et or.

Je marche au bord de la mer
Sur la plage déjà froide,
La nuit qui tombe poussera un doux soupir –

Elle aussi rêve de toi.

Mise à jour le Samedi, 02 Janvier 2016 18:03